Médias sociaux
Locataire Facebook?

Locataire Facebook?

Facebook force depuis peu les entreprises ayant une page sur leur plateforme à payer pour accéder à leur base de fans.

Une entreprise ayant une page Facebook sur laquelle elle fait la promotion de ses produits et services, et qui lui permet de communiquer avec ses clients doit désormais payer le réseau social si elle souhaite s’assurer que ses publications soient vues dans le fil d’actualité de ses fans.

Facebook utilise un algorithme, l’EdgeRank, qui classe les nouvelles apparaissant dans le newsfeed de chaque utilisateur. Ses variables sont paramétrées par Facebook. En principe, plus un utilisateur s’intéresse au contenu d’une page, plus les publications provenant de celle-ci (que ce soit celle d’un ami ou d’une entreprise) apparaîtront fréquemment dans son fil d’actualité. C’est la raison pour laquelle Facebook encourage les entreprises, pour obtenir une certaine présence auprès de leurs fans, à créer du contenu engageant qui les incitera à aimer et à relayer leurs publications. Mais les entreprises peuvent aussi désormais se contenter de payer afin d’atteindre leurs propres fans.

Julie Lemonde y voit un moyen de berner les utilisateurs: «Les internautes commencent à devenir aveugles aux zones strictement commerciales sur le web. Ce qu’ils vont regarder, ce sont les zones réputées pour ne pas être publicitaires. Dans le cas de Facebook, il s’agit du fil d’actualité. En demandant aux compagnies de payer cet accès, en plus de celui réservé à la zone publicitaire, le site parvient à réaliser des profits des deux côtés.»

Cette stratégie risque de limiter l’accès des petites sociétés à leurs clients, auprès desquels elles ont investi du temps et des ressources pour se faire connaître. Cette pratique, dont le programme a commencé à être déployé en mai, paraît cohérente avec le modèle d’affaires de Facebook. «Les gens pensent que les médias sociaux sont gratuits, mais en coulisse, l’entreprise cherche à rester en affaires, rappelle Julie Lemonde. Séduites par la gratuité de leur plateforme, les organisations, surtout les petites, ont beaucoup investi dans leur présence sur Facebook pour se construire une base de fans. Mais elles se rendent compte aujourd’hui que cet auditoire ne leur appartient pas et que Facebook peut désormais en monnayer l’accès.»

Le réseau social, qui décrit EdgeRank comme un filtre «pratique et convivial», s’est défendu en arguant que les contenus le plus engageants (donc pertinents pour les fans) apparaîtront sur les fils d’actualité des utilisateurs. Parallèlement, des rumeurs circulent aussi sur la possibilité de faire payer les particuliers pour leur permettre de promouvoir leurs propres publications, avec une option de type «highlight a post» (mettez une publication en valeur).

Article Infopresse: http://bit.ly/TvTUmf

Commentaires

Partager votre opinion